PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

France : Paris au rythme de l’Exposition «Léon Mba : 50 ans après »

France : Paris au rythme de l’Exposition «Léon Mba : 50 ans après »
 
Paris, 1 décembre (Gabonactu.com) – Du 28 novembre au 2 décembre 2017, l’Ambassade du Gabon en France organise,  dans ses locaux du 16ème arrondissement de la capitale française, une superbe exposition dénommée : «Léon Mba : 50 ans après ».
 
Pour ce rendez-vous culturel et scientifique, initié par l’ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoué, outre l’exposition d’archives sonores, audiovisuelles, iconographiques, des écrits de l’homme et sur lui, l’évènement est marqué par une série de table ronde : «Vie et œuvre de Léon M’ba », «Léon M’ba et les autres », «Sur la scène internationale » et « Les soleils des indépendances africaines ».
L’exposition qui a été honorée par la présence du vice-président de la République Gabonaise, Pierre Claver Maganga Moussavou,  rend aussi témoignage d’une réalité politique : «La fluidité des processus transitionnels au Gabon » et sera également l’occasion de «revenir sur une trajectoire qui, au-delà du Gabon, renseigne parfaitement sur le crépuscule de la situation coloniale et la première décennie tourmentée des indépendances africaines, la complexité des relations diplomatiques entre la France de cette époque et ses anciennes colonies africaines ».
Mémorial Léon Mba à Libreville @ Gabonactu.com

Premier président du Gabon indépendant, Léon Mba est mort le 27 novembre 1967 à Paris, à la suite d’une longue maladie.

Mort à 65 ans, Léon Mba a été tour à tour chef de Canton, militant des droits de l’homme, pensionnaire des geôles coloniales en Oubangui Chari, leader de parti politique, Maire de Libreville, Premier Ministre, Président de la République.

Ici repose Léon Mba décédé le 28 novembre 1967 à Paris @ Gabonactu.com
Il a proclamé l’indépendance du Gabon le 17 août 1960. Et pourtant, il n’en voulait pas. Léon Mba voulait que le Gabon devienne un département français, comme La Creuse ou la Gironde. Il a d’ailleurs convaincu le Gouverneur du Gabon de l’époque Louis San Marco qui ira plaider chez le ministre d’Outre-Mer Cornut Gentille la départementalisation du Gabon visant à faire des gabonais de bons petits français aux cheveux crépus.
Quant à Charles de Gaulle, il était hostile à l’idée de Léon Mba.
Léon Mba tenait tellement à son idée qu’il ira même jusqu’à proposer comme drapeau du Gabon, le drapeau français avec un Okoumé en son centre. Face à l’opposition de Jacques Foccart, il proposera le drapeau actuel du Gabon avec dans un coin…un petit bout de drapeau français. Le drapeau tricolore actuel vert-jaune-bleu sera finalement adopté au grand dam de Léon Mba.
Buste de Léon Mba devant sa résidence de Libreville @ Gabonactu.com

Les partisans de l’indépendance totale ont finalement triomphé. Mais 57 ans après, le Gabon demeure l’un des piliers de la France en Afrique.

Léon Mba, le seul président à s’être fait élire sur un lit d’hôpital parisien, à plus de 5000 km de son pays, avait-il tort ou raison ?
Jacques Jarele SIKA
Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/france-paris-au-rythme-de-lexposition-leon-mba-50-ans-apres">
Twitter