PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Les exclus du PDG à la rescousse de l’opposition en perte de vitesse ?

Les exclus du PDG à la rescousse de l’opposition en perte de vitesse ?

Les camarades du PDG  lors du congrès en décembre 2017 © Archives  Gabonactu.com

Libreville, 12 février (Gabonactu.com) – La quarantaine des militants exclus du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), provoque l’ire d’autres camarades qui menacent de démissionner en bloc pour aller vraisemblablement renforcer les rangs de l’opposition plongée dans une léthargie.

La Décision N°003 /PDG/CPD/PDT, portant sanctions, prise le 7 février courant par de la Commission permanente de discipline (CPD) est vivement critiquée par les propres militants du Parti d’Ali Bongo. Une décision, première du genre dans l’histoire du parti au pouvoir depuis 50 ans, considérée comme inique. On parle d’une mesure à géométrie variable, les vrais indisciplinés tapis au cœur du part, n’ont pas été inquiétés.

« On a l’impression que les gens veulent détruire ce parti depuis que le Distingué camarade président de notre parti Ali Bongo est malade », a confié à Gabonactu.com, un militant visiblement mécontent. Comme ce PDGiste, élu local de la province de l’estuaire, des centaines d’autres à travers le pays n’approuvent pas ladite mesure. C’est le cas des « camardes » de Moanda dans la province du Haut-Ogooué qui l’ont vertement fait savoir dans un courrier de protestation adressé au secrétaire général du PDG, Eric Dodo Bounguendza.

Pour sûr, la sérénité n’est pas au rendez-vous dans le parti « des masses ». L’ancien premier ministre Biyoghé Mba, un des membres influents du régime qui continue sa décente aux enfers depuis son départ du gouvernement le 12 janvier dernier, menacerait de claquer également la porte. Et pour cause, son deuxième épouse, l’honorable députée du 1er arrondissement de Ntoum, Andème Manfoumbi est touchée par la mesure d’exclusion du PDG.

Des probables démissions qui pourraient renforcer l’opposition gabonaise, devenue aphone et inactive. Jean Ping qui voulait s’ériger en leader, n’a pas eu l’endurance nécessaire comme l’était le feu opposant charismatique Pierre Mamboundou. L’ancien président de la commission de l’Union africaine est devenu l’ombre de lui-même. Sa récente sortie, appelant ses partisans au soulèvement populaire pour la prise de son prétendu pouvoir « confisqué par Ali Bongo Ondimba » s’est révélée infructueuse.

Sydney IVEMBI

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/exclus-pdg-a-rescousse-de-lopposition-perte-de-vitesse">
Twitter