PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

En colère les fonctionnaires déclenchent une grève générale illimitée dès ce lundi

En colère les fonctionnaires déclenchent une grève générale illimitée dès ce lundi

Les fonctionnaires ont voté le mot d’ordre de grève à mains levées @ Gabonactu.com / Sydeney Ivembi

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Les travailleurs des  administrations publiques regroupés au sein de la « Dynamique Unitaire », une coalition d’environ une cinquantaine de syndicats ont au terme d’une assemblée générale tenue samedi à Libreville déclenché une grève générale illimitée à partir  de ce lundi, a constaté un reporter de Gabonactu.com.

 

« Toute l’administration publique fait ici et maintenant de façon solennelle la déclaration officielle d’entrer en grève générale illimitée de tous les agents publics dès ce lundi 9 février 2015 », a martelé Pulchérie Mateya, porte-parole du mouvement syndicale.  Au ‘’Rond-point de la démocratie’’ où s’est tenue cette assemblée générale, les travailleurs ont voté à mains levées d’entrer en grève suite à l’expiration du préavis de 8 jours déposé sur la table du 1er ministre Daniel Ona Ondo le 26 janvier 2015. Les travailleurs du public considèrent la sourde d’oreille du gouvernement comme un mépris à leur égard.

 

La Dynamique Unitaire reproche au gouvernement de ne pas appliquer dès le mois de janvier écoulé conformément aux instructions du président de la République, Ali Bongo Ondimba le nouveau système de rémunération consigné dans le rapport du groupe N°1 de la sous commission « secteur public » relatif au dialogue social qui s’est déroulé sous l’égide du chef du gouvernement du 27 novembre 2014 au 12 janvier 2015 à Angondjé au nord de Libreville.

 

Les réclamations des grévistes  

Dans ce rapport dont l’application devra se faire d’une manière  « consensuelle et immédiate », les fonctionnaires réclament l’augmentation du SMIG à 300 000FCFA contre 80 000 FCFA actuellement. Ils demandent également l’augmentation de 150 points supplémentaires par indice et l’augmentation de la valeur indiciaire de 425 à 1500. Les grévistes veulent aussi la réduction de la durée de carrière de 37 à 20 ans, d’un nouveau mode de calcul et du relèvement de la pension de retraite ainsi que de l’instauration de l’indemnité de services rendus (ISR). L’ISR n’existe pas encore dans la fonction publique gabonaise alors qu’elle est versée aux agents contractuels de l’Etat.

 

Selon Mme Mateya, la grève concerne tous les secteurs de l’administration à savoir : éducation, santé, affaires sociales, travaux publics, enseignement supérieur, transport, régies financières, mine,  pétrole, budget et autres.

 

Jean Rémy Yama, le président du collectif Dynamique unitaire et sa "troupe" @ Gabonactu.com / Sydney Ivembi
Jean Rémy Yama, le président du collectif Dynamique unitaire et sa « troupe » @ Gabonactu.com / Sydney Ivembi

Après le mot d’ordre de grève,  il a été demandé à chaque administration de concevoir les banderoles indiquant le débrayage. Aussi, chaque agent devrait répondre au piquet de grève dans son  lieu de travail. Cependant l’on n’a pas entendu un mot sur le service minimum à observer comme le prévoit la loi en la matière.

 

De leur côté, le Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) et le Syndicat autonome des personnels des affaires sociales (SAPAS) par les voix de leurs leaders ont dit ne rien avoir avec cette grève.

 

« Nous ne rentrons pas dans cette grève parce que les raisons ne sied pas », a indiqué, Serge Moundanga Mickala  secrétaire général du SYNAPS qui condamne par ailleurs l’attitude de ses « camarades ». M. Mickala Moundanga dit attendre la mise en œuvre des recommandations du dialogue social dont le processus est déjà entamée avant d’envisager une quelconque grève.

 

Les membres de Dynamique citoyenne accusent ces derniers d’être de connivence avec le gouvernement.

 

La grève de Dynamique Unitaire considérée comme une grève de trop par certains observateurs est lancée au lendemain de la suspension de celle de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) qui a paralysé durant près de 2 mois l’activité économique. Dans le secteur éducation,  presque tout le 1er trimestre les élèves des écoles publiques n’ont pas eu cours du fait de la longue grève de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED).

 

Sydney IVEMBI

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/en-colere-les-fonctionnaires-declenchent-une-greve-generale-illimitee-des-ce-lundi">
Twitter