PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Droit de réponse à la SEEG sur le dossier de l’argent de l’eau et l’éclairage publique

Droit de réponse à la SEEG sur le dossier de l’argent de l’eau et l’éclairage publique

 

Libreville, 1 février (Gabonactu.com) – La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a souhaité apporter des éclairages sur les propos de la Direction générale du Conseil National de l’Eau et de l’Electricité (CNEE) diffusés dans www.gabonactu.com au sujet des revenus de ce conseil collectés par la SEEG.

 

Voici l’intégralité du droit de réponse de la SEEG :

 

Suite à l’article paru le 30 janvier 2018 sur Gabonactu.com intitulé «  Le CNEE urge à reverser la contribution spéciale pour mettre en branle son plan d’actions » et contrairement à ce qui a été dit, la SEEG souhaite expliquer en toute transparence aux lecteurs les rôles et la nature des relations et des versements à la CNEE.

 

Le Conseil National de l’Eau et de l’Electricité (CNEE) est une structure étatique, placée comme la SEEG sous tutelle du Ministère de l’Eau et de l’Energie. Il est chargé de l’éclairage public et des bornes fontaines publiques sur tout le territoire gabonais, la SEEG ne gérant pas l’éclairage public.

 

Le budget du CNEE est essentiellement constitué par les Contributions Spéciales de l’Eau et de l’Electricité qui font partie, en tant que surtaxes, des factures établies par la SEEG auprès de ses abonnés.

 

La SEEG  collecte donc dans ses factures ces contributions pour le compte du CNEE et de l’Etat gabonais. Une fois encaissées, elles sont reversées par la SEEG sur un compte au Trésor Public ou à la Caisse des Dépôts et Consignations.

 

Conformément à la loi, ces contributions représentent entre 3 à 4% du montant total facturé à chaque abonné. Leurs taux et base de calcul sont encadrés légalement et ne souffrent d’aucune approximation ni opacité. Leur facturation et leur encaissement sont parfaitement tracés dans le système informatique de la SEEG et dans sa comptabilité, dûment certifiée par ses deux Commissaires aux Comptes.

 

L’intégralité des contributions encaissées au 31.12.2016 par la SEEG ont été reversées ou compensées dans le cadre de l’accord signé avec l’Etat gabonais en octobre 2017. La SEEG est donc à jour de sa dette à l’égard du CNEE à fin 2016, seuls les encaissements de l’exercice 2017 sont encore en instance de reversement fin 2017.

 

Malgré ses difficultés de trésorerie, la SEEG s’efforce de coopérer et d’assurer le fonctionnement quotidien du CNEE en lui reversant actuellement chaque mois 140 millions de FCFA, ce qui devrait lui permettre d’assurer le coût global de fonctionnement de sa structure.

 

En 2017, les décaissements de la SEEG en faveur du CNEE se sont élevés à 1,62 milliard de FCFA. Il n’y a donc pas de « manne ». Il y a des montants officiels collectés que la SEEG s’efforce de reverser, malgré sa trésorerie négative et de nombreux impayés, pour maintenir une structure étatique à flot et un service aux clients correct.

 

La Direction de la Communication & de la Responsabilité Sociétale

Comme on peut le constater en lisant ce texte et l’article à l’origine de ce droit de réponse, Gabonactu.com ne s’est pas trompé. Le droit de réponse s’adresse plutôt à la CNEE.

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/droit-de-reponse-a-la-seeg-sur-le-dossier-de-largent-de-leau-et-leclairage-publique">
Twitter