PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Dialogue politique : Nous venons pour mettre en garde tous ceux qui complotent mystiquement contre la réunification du peuple gabonais (Karim Nziengui maître spirituel)

Dialogue politique : Nous venons pour mettre en garde tous ceux qui complotent mystiquement contre la réunification du peuple gabonais (Karim Nziengui maître spirituel)

Karim Nziengui, participant au dialogue national, phase citoyenne à Angonjdé au nord de Libreville. Inscrit dans le panel N°4 lié à la consolidation de la paix et et à la cohésion nationale @ Gabonactu.com

 

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le président de l’Association valorisation de la médecine traditionnelle (AVMT), Karim Nziengui, par ailleurs leader du Réseau des initiés du Gabon (RIG) qui participe au dialogue politique, dans sa phase citoyenne en tant que membre de la société civile,  a dans une interview exclusive à Gabonactu.com mis en garde lundi les forces de l’inertie qui selon lui font tout pour faire capoter ce dialogue visant à réconcilier les Gabonais après le traumatisme postélectoral du 31 août 2016. Une messe politique dont il espère que les recommandations donneront un statut juridique « aux maîtres du culte traditionnel », encore marginalisés au Gabon. Lecture.

 

 

Gabonactu.com : Votre participation au dialogue c’est pour vous faire entendre ?

 

 

Karim Nziengui : Effectivement. Mais un fait historique. Non seulement se faire entendre mais véritablement mettre du nôtre. Parce que comme je le disais un fait historique, en 94 lors des accords de Paris et les accords d’Arambo 2006, les hommes de tradition et de culture  appelés au Gabon vulgairement  les Ngangas, Tradi-praticiens n’ont pas pris de manière officielle part à cette grande messe. Nous estimons que si quelques notes ont été oubliées lors de ces évènements parce que nous n’étions pas conviés officiellement. Raison pour laquelle nous avons donc tenu à y prendre part afin vraiment de participer  à la réécriture du Gabon nouveau.

 

 

Gabonactu.com : Trois ou quatre choses que vous voulez comme propositions ?

 

Karim Nziengui : Quatre choses importantes. La première est la création du Haut conseil national du culte traditionnel qui viendrait justement valoriser les maîtres du culte traditionnel. Il faut établir la différente entre les maîtres du culte traditionnel et les chefs traditionnels. Les chefs traditionnels renvoient à une fonction typiquement administrative qui est aujourd’hui est bien faite par les chefs des quartiers, les chefs de villages et les chefs des cantons. Mais nous parlons plutôt des maîtres du culte traditionnel, pourquoi parce que vous le savez, nos rites  traditionnels sont des vecteurs fédérateurs. Ils sont donc les éléments de fédération parce que dans nos temples nous avons toutes les ethnies, toutes les couches sociales du pays représentées lorsque nous réalisons nos différents rituels ou nos rites. 2ème proposition, faire en sorte que désormais les hommes de tradition et de culture soient représentés au plus haut niveau, c’est-à-dire au Conseil économique et social (CES). Qu’il y est un représentant du culte traditionnel, comme les religieux d’ailleurs. Aux côtés du chef de l’Etat, il faut qu’il y est la présence d’un représentant du culte traditionnel et surtout faire en sorte que la laïcité dans notre pays soit respectée. Parce que nous observons ce que tous les grands évènements qui engagent la Nation Gabonaise, les maîtres du culte traditionnel n’y sont pas conviés. Or, les religieux y sont conviés. C’est vrai que les religieux nous ont aidés à panser les blessures de la colonisation, mais ce que nous avons de génétique sont nos rites traditionnels. Donc il est important qu’aucune couche de la société ne soit lésée. Surtout les Gabonais, les uns et les autres doivent pouvoir s’interroger sur le fait que malgré tout ce qui a toujours eu comme problème politique au soir d’une élection présidentielle, le Gabon contre toute attente est toujours resté en paix. Les hommes de tradition et de culte ne sont jamais sortis de leur tanière. Aujourd’hui, c’est désormais chose faite. Nous venons aussi pour mettre en garde tous ceux qui complotent mystiquement contre la réunification du peuple gabonais.

Le maître spirituel appelle à l’applicabilité stricte des recommandations du dialogue politique inclusif @ Gabonactu.com

N’oublions pas que dans  l’un des couplés de l’hymne national de notre pays, les pères fondateurs de la Nation ont mentionné les sorciers. Ça veut dire que ce n’est pas un phénomène anodin.  C’est un phénomène qui existe bel et bien. Les pères fondateurs ont pu l’expérimenté et ce sont rendus compte que ces sorciers justement ne favorisaient pas l’épanouissement du peuple Gabonais.  Omar Bongo Ondimba dans une parole prophétique de plus solennelle s’adressait déjà à la Nation en disant : « Dieu nous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que nous sommes en train de faire ». Aujourd’hui  nous venons casser le joug de la sorcellerie, nous venons briser les chaînes de la sorcellerie qui ont fait en sorte que le Gabon jusqu’à ce jour ne regarde pas de l’avant et que les filles et les fils de ce pays à un certain moment se regardent en chien de faïence. Il est désormais donc impératif que les Gabonais, que ce soit un évènement heureux ou malheureux, se retrouvent toujours au Corps- de-garde pour discuter des problèmes qui engagent la Nation.

 

Gabonactu.com : Votre marginalisation est liée peut être aux comportements peu orthodoxe dans vos temples,   il y a un four tout, trop de brebis galeuses  chez vous?

 

Karim Nziengui : Non, peut-être pas  un four tout. Vous savez que  dans toutes les corporations il y a des velléités, il y a certainement des choses à redire mais accordons nous sur l’essentiel. L’essentiel ce que nos rites traditionnels existent depuis la nuit des temps. Nos parents l’ont pratiqué et jusqu’à ce jour nos rites traditionnels sont toujours pratiqués. Je vous invite à faire le tour de Libreville ou le tour du Gabon les samedis, vous verrez combien de fois les Gabonais sont toujours attachés à leurs valeurs traditionnelles. Maintenant reste aux gouvernants d’instituer,  de mettre un cadre juridique qui fasse en sorte que ces pratiques se fassent en toute légalité dans le respect des uns et des autres. Par ce qu’aujourd’hui  ce que nous constatons, le four tout dont vous faites allusion c’est l’infiltration ou l’arrivée  d’autres courants dont nous n’avons pas la maîtrise. Selon mes recherches, il y a plus de 73 mouvements spirituels appelés par certains,  sectes au Gabon dont nous ne maîtrisons pas les fondamentaux. Et cela peut donc expliquer certaines dérives qui sont mis à l’actif de nos rites traditionnels, or il n’en est rien. Par ce que, selon nos traditions, lorsqu’on parle de sortir en vampire, lorsqu’on parle de vous avoir mangé en vampire, c’est fait de façon subtile. Il y a l’architecture de votre corps physique  qui est toujours présente et ça renvoie à un domaine métaphysique donc immatériel. Mais aujourd’hui qu’est-ce que nous constatons et ce qui peut entrainer les frustrations, ce qui peut remettre en mal la cohésion sociale et remettre en cause  la paix. 

Karim Nziengui dénonce l’intrusion de 73 sectes dans les rites traditionnels Gabonais @ Gabonactu.com

Lorsqu’une famille peut retrouver son parent dans le caniveau et a du mal à l’identifier parce qu’il n’a  plus ses yeux, ses oreilles, sa bouche ou son sexe. Ça il ne s’agit pas de nos rites traditionnels. Il s’agit des choses importées. Donc il faut mettre cadre institutionnel pour nous permettre justement de chasser tous ces charlatans.

 

Gabonactu.com : On a l’impression que les rites venant d’ailleurs à l’instar du Benin, Togo et autres ont tendance à dominer sur les rites traditionnels gabonais ?

 

Karim Nziengui : Non peut être pas tendance à dominer. Vous savez,  il y a quelque chose  d’assez bizarre dans notre pays. Même si,  il est dit dans la bible que nul n’est prophète chez soi, on s’est rendu compte que les Gabonais l’appliquent même dans les courants auxquels ils adhèrent. C’est-à-dire, qu’on va voir quelqu’un dans un nouveau vestimentaire,  on estime que c’est là-bas où il y a le meilleur que dans nos rites traditionnels. Et puis, il faut aussi partir d’un fait, si beaucoup fui les rites traditionnels parce que dans les rites traditionnels pour atteindre vos objectifs il vous faut travailler. L’initiation, le rite traditionnel c’est tout un programme de vie. Ça ne commence pas aujourd’hui pour s’arrêter demain.  Ça commence le jour où vous avez prix la décision de vous engager et ça se termine le jour où vous mourrez. Rien à voir avec ces sectes qui vous promettent, qui vous garantissent  un certain nombre de choses dont elles ne sont pas capables et qui à la fin vous amènent à poser des actes répréhensibles à la société.

 

Gabonactu.com : Gabonactu.com vous remercie

 

Karim Nziengui : C’est moi qui vous remercie

 

Propos recueillis par le Notable  

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/dialogue-politique-venons-mettre-garde-complotent-mystiquement-contre-reunification-peuple-gabonais-karim-nziengui-maitre-spirituel">
Twitter