PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

« Le Dernier Combat », un ouvrage pour restituer l’histoire vraie du peuple Téké et celle du Gabon

« Le Dernier Combat », un ouvrage pour restituer l’histoire vraie du peuple Téké et celle du Gabon

Un échantillonnage du nouveau livre intitulé le « Dernier combat » exposé au siège des Éditions Amaya le 13 décembre à Libreville © DR

Libreville, 13 décembre (Gabonactu.com) –Le Dernier combat, un livre autobiographique présenté mercredi à Libreville par les Editions Amaya, basé sur des confidences posthumes de Philibert Bongo Ayouma, haut fonctionnaire et homme politique, lequelles retracent ainsi par ses manuscrits des fragments d’histoire parfois tronquée du peuple Téké (ethnie dont il était issue) et de la situation postcoloniale dans sa province du haut Ogooué (sud-est).

Le livre à valeur historique, sociologique, anthropologique et politique compte 190 pages. Il met en relief une partie de l’histoire occultée du Gabon, notamment de la pénétration coloniale française non sans résistance dans la région sud-est du pays.

Le Dr Solange Andagui Bongo Ayouma prononçant son discours de rentrée littéraire des Editions Amaya qui fête son 10 ème anniversaire © DR

« L’histoire n’a pas été racontée telle qu’elle devrait être, on nous a fait croire que le blanc est venu comme ça et qui s’est installé, mais on se rend compte que les Tékés se sont battus. Il y a même eu des guerriers, il y a un qui s’appelle Ikabi qui s’est battu contre les colons pour que les colons n’envahissent pas le royaume téké », a justifié l’intérêt de l’ouvrage Solange Andagui Bongo Ayouma co-auteur du livre « Le dernier combat ».

Pour la directrice générale des Editions Amaya, « on nous a dits que Savorgnan de Brazza a signé le traité avec le Roi Makoko, mais il ne représentait que lui-même, d’autres parties du royaume Téké n’étaient pas d’accord, donc vous voyez que quand l’histoire des lions est écrite par le chasseur, il se donne toujours le bon rôle ».

Trois tables rondes ont été organisées au siège des Editions Amaya sis à Libreville pour décortiquer l’ouvrage qui sera édité en trois tomes. Les deux autres tomes sont attendus prochainement.

La table ronde a été animée par des critiques et enseignants à l’UOB © DR

Le Dernier combat est le dernier né des Editions Amaya qui compte déjà une cinquantaine d’œuvres en 10 ans d’existence. ¨Pédiatre de formation, l’écrivaine Solange Andagui Bongo Ayouma s’est donnée pour mission de promouvoir la culture gabonaise en éditant via sa maison d’Editions (Amaya) à compte d’éditeur (sans solliciter les emprunts). Une manière pour elle de décoloniser la masse populaire, encore engluée dans les clichés du complexe d’infériorité.

La famille de Philibert Bongo Ayouma félicitant l’œuvre littéraire posthume de l’auteur © DR

« Nous oublions souvent que nous sommes les précurseurs, l’Afrique est le berceau de l’humanité, nous avons été spolié de notre culture, nous avons tout inventé, aujourd’hui nous sommes à la queue, parce que nous-mêmes nous refusons de croire que c’est nous qui avons inventé la civilisation », a-t-elle déploré, avant d’appeler les africains leur histoire par eux-mêmes pour une meilleure version de l’histoire.

Sydney IVEMBI

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/dernier-combat-ouvrage-restituer-lhistoire-vraie-peuple-teke-celle-gabon">
Twitter