PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

« Depuis sa prise de fonction il y a 7 mois, le bureau du conseil municipal d’Akanda n’a convoqué ni organisé aucune réunion du conseil municipal » (Jean Gaspard Ntoutoume Ayi)

« Depuis sa prise de fonction il y a 7 mois, le bureau du conseil municipal d’Akanda n’a convoqué  ni organisé aucune réunion du conseil municipal » (Jean Gaspard Ntoutoume Ayi)

Le conseil municipal d’Akanda qu’entouraient ses collègues durant la conférence de presse le 24 octobre à Akanda, au nord de Libreville ©  Gabonactu.com

L’opposant Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, porte-parole  des 11 conseils municipaux de la coalition RHM-UN dans le conseil municipal d’Akanda (nord de Libreville), a dénoncé jeudi dans une conférence de presse,   la gestion opaque et approximative de l’actuel maire de ladite  commune, Gregory Laccruche Alihanga qui n’a jamais songer, selon lui,  convoquer une session du conseil municipal  à trois mois de la fin de l’exercice budgétaire.

« Depuis sa prise de fonction il y a 7 mois, le bureau du conseil municipal d’Akanda n’a convoqué  ni organisé aucune réunion du conseil municipal », a fustigé M. Ntoutoume Ayi), dénonçant au passage un dysfonctionnement notoire.


La montée au créneau de l’opposant élu municipal fait suite à une lettre que son collectif a adressé au maire d’Akanda pour solliciter une rencontre explicative sur la  gouvernance  de la cité. La requête s’est révélée sans suite en dépit des dispositions de la loi organique N°001/2014 du 15 juin relative à la décentralisation qui contraignent l’édile de la ville de convoquer au moins deux  sessions de conseils municipaux par an, pour statuer sur des projets.

« En prenant le parti de ne tenir aucune réunion du conseil municipal sept mois après sa prise de fonction, le bureau du conseil municipal contrevient à l’esprit et à la lettre de plusieurs dispositions de ladite loi, notamment son article 38 », a-t-il relevé.

Pour Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, tous les projets en cours de réalisation (concession TransAkanda et terrassement aux abords du stat de l’amitié)  pour le compte de la mairie d’Akanda se font dans l’illégalité totale.

Selon lui, l’article 36 de la même loi  dispose quant à lui que «  ce sont des conseils des collectivités locales qui arrêtent leurs programmes de réalisations économiques, sociales, culturelles et environnementales ; et autorisent la signature des marchés et conventions après dépouillement, examen et sélection des dossiers par la commission d’appels d’offres formée au sein du conseil local ».

L’élu local a également dénoncé la contradiction flagrante  et l’inertie de la municipalité d’Akanda sur la non-tenue des sessions des conseils municipaux, alors que les conseils de deux arrondissements de la commune ont déjà organisés les leurs.

Prévue pour se tenir à l’hôtel de ville d’Akanda, la conférence de presse de la coalition RHM-UN au conseil municipal d’Akanda  a été délocalisée pour des raisons inconnues.  Les autorisées municipales  ont fait recours aux policiers pour l’empêcher.

Le conseil municipal d’Akanda est dirigé par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) qui a 36 conseillers contre 11 pour l’opposition.

Sydney IVEMBI

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin Escort * WP Theme *

live tv

* eskişehir escort * sefamerve * ankara escort