PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE

Déguerpissement des squatters des logements sociaux d’Angondjé et de Bikélé : Bientôt l’intervention musclée de la police

Déguerpissement des squatters des logements sociaux d’Angondjé et de Bikélé : Bientôt l’intervention musclée de la police
image_pdfimage_print

Une famille des squatters encore présente sur le site d’Angondjé @ E. M

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Décidé à restaurer l’autorité de l’Etat, le vice premier ministre, chargé de l’urbanisme, de l’habitat social et du logement, Bruno Ben Moubamba a annoncé par voie d’huissier l’intervention imminente de la police pour déloger sans aménagement les squatters des logements sociaux des sites d’Angondjé et de Bikélé qui refusent encore de libérer les maisons en dépit du sursis de 8 jours accordé par le gouvernement.

 

 

 

« Malgré le délai de grâce accordé par le ministre, certains affichent encore une occupation prolongée. Nul n’est sensé ignoré la loi, l’exécution de la mesure de déguerpissement forcé va intervenir sous décision du procureur de la République », a déclaré Noël Vougou, l’huissier de justice commis par le ministère du logement pour constater les faits le weekend écoulé.

 

 

Plus de 80% des personnes occupent encore illégalement les maisons. Il y a près de 400 logements sociaux à Angondjé et 325 autres à Bikélé concernées par cette occupation illégale. Selon un arrêté ministériel, les squatters devraient libérer les maisons le 2 décembre courant. Un délai supplémentaire après celui du 24 novembre dernier.

L'huissier Me Noël Vougou au terme du constat @ E. M
L’huissier Me Noël Vougou au terme du constat @ E. M

 

Au terme d’une longue réunion de mise au point le 18 novembre 2016, les présidents des différents collectifs des squatters avaient demandé un sursis au vice premier ministre. Un délai supplémentaire pour les permettre de se reloger. Les squatters n’ont visiblement pas respecté leur parole.

 

 

« On n’a plus d’endroit où aller », a indiqué un squatter du site de Bikélé, évoquant par la suite les difficultés pour eux de se reloger. Les prix du loyer ayant augmenté durant la période scolaire.

 

 

Pour Me Vougou, « nous constatons que la sommation n’a pas été respectée, les squatters ont fait fi de la mesure, donc force reste à la loi, nous allons procéder à la méthode forte dès la semaine prochaine ».

 

                                                                                                                                                                 Le Notable

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. Thon

    Que voulions de plus? La question qu’on ne pose jamais aux squatteurs est de savoir ce qu’ils sont d’abord venus faire dans cette cité? Ils habitaient bien quelque part, non? Pourquoi ces pères et mères de familles ont-ils pris ce risque irresponsable de venir occuper des maisons qui appartenaient déjà à des personnes? Non, il est des moments où il faut apprendre à raisonner à l’endroit.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *