PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

David Mbadinga tente de s’extraire du nanisme politique

David Mbadinga tente de s’extraire du nanisme politique

David Mbadinga se veut un opposant responsable © D.R

L’opposant David Mbadinga, évincé du gouvernement le 10 juin dernier, s’occupe en cherchant à implanter son parti.

L’Union des patriotes gabonais loyalistes (UPGL) est en effet un parti quasi inexistant, même si son président n’est pas un inconnu, pour avoir été secrétaire général de l’Union du peuple gabonais (UPG) du vivant du charismatique opposant Pierre Mamboundou. En installant une structure de base à Ntoum le week-end écoulé, David Mbadinga a reconnu qu’un parti n’existe « que s’il est suffisamment implanté ».

Faute d’assises, l’UPGL n’était pas des élections locales et législatives d’octobre 2018. Son président n’a pas daigné se présenter chez lui à Moabi, dans la province de la Nyanga, au sud du Gabon.

David Mbadinga fait partie des chefs de partis politiques qui, sans pour autant boycotter le scrutin, ont choisi de ne pas courir le risque d’une défaite. A la différence de ses pairs de l’opposition et collègues au gouvernement que sont Jean de Dieu Moukagni Iwangou et Michel Menga, battus respectivement à Mouila (Sud) et à Cocobeach (Nord-Ouest).

Parmi les opposants présents dans le gouvernement d’ouverture du 4 mai 2018, David Mbadinga faisait figure de nain politique. Alors que Jean de Dieu Moukagni Iwangou et Michel Menga étaient gratifiés du titre de ministre d’Etat, il était, lui, ministre simple et relégué loin dans l’ordre protocolaire derrière des novices. Il pouvait cependant se consoler avec la nature du portefeuille : le Commerce, dans un pays qui veut diversifier son économie.

Le président de l’UPGL n’a pas été jugé digne de rester dans le gouvernement restreint nommé le 10 juin 2019. Le scandale financier qui a valu la détention préventive à son directeur de cabinet n’était pas pour arranger les choses.

David Mbadinga a reçu comme lot de consolation le poste de président du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). On dit de ce fils de pasteur qu’il est d’une intelligence au-dessus de la moyenne. Il a sans doute compris que la force d’un homme politique réside aussi dans celle de son parti.

Camille Boussoughou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Mersin EscortWP Theme

live tv

eskişehir escortsefamerveankara escort
escort99.com