PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Coronavirus : 5 ans de prison ferme et une amande allant de 5 à 20 millions de FCFA pour les personnes qui cachent leur contamination

Coronavirus : 5 ans de prison ferme et une amande allant de 5 à 20 millions de FCFA pour les personnes qui cachent leur contamination

Le Secrétaire général du ministère de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong, a annoncé lundi dans un point de presse que les plaisantins et toute personne venant de l’étranger, au regard des 6 cas confirmés dont les infections ont été importées, qui cacheraient leurs contaminations se verront condamnés d’une peine de 5 ans de prison ferme et d’une amande allant de 5 à 20 millions de Francs CFA.

 « Ces personnes qui reviennent de voyage qui disent qu’elles ne veulent pas qu’on sache qu’elles sont malades tout simplement parce qu’elles seront stigmatisés au sein de la société n’ont qu’à savoir qu’il y a des sanctions qui ont été prévues et qu’elles risquent 5 ans de prison ferme avec des pénalités pouvant aller  de 5 à 20 millions de Francs pour avoir caché la vérité, pour avoir menti et surtout pour avoir exposé la population à un danger », a averti le porte parole du comité de pilotage de la lutte contre le Coronavirus.

Ces sanctions visent à ralentir les plaisantins qui continuent à perturber la sérénité des équipes de travail.


Le gabonais de 50 ans qui est décédé la semaine dernière suite au Covid-19 n’avait pas contacté le numéro vert, le 1410, mis à la disposition de la population pour signaler tout cas suspect. Il n’avait pas non plus signalé à ses médecins à la polyclinique El Rapha où il s’était rendu son dernier séjour en Europe. Le patient était arrivé à Libreville le 15 mars et s’est rendu à la polyclinique le 17 mars dans un état inquiétant.

Le dimanche dernier, un jeune gabonais a baladé les équipes médicales dans la ville de Bitam (nord du pays) simulant une infection au Covid-19. Après investigation, il ressort que ce fut un canular. Le jeune a été arrêté par les agents de la Police Judiciaire. Une sanction exemplaire doit lui être infligée.

Selon le Docteur Guy Patrick Obiang Ndong, l’urgence d’un changement de comportement devient plus que nécessaire pour freiner la propagation du Covid-19 au sein de la population.

L’application des gestes barrières doit devenir un réflexe de survie, notamment se laver les mains avec du savon ou un gel hydro-alcoolique, se saluer sans se serrer la main, se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude en cas de toux et d’éternuement, éviter tout contact avec une personne ayant de la fièvre, une toux ou un mal de gorge.

Eudes Rinaldy Leboukou

Suivez nous et Aimez nos pages

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email