Conflit Total Gabon-ONEP : imminence d’un préavis de grève générale dans le secteur pétrolier | GABONACTU.COM
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Conflit Total Gabon-ONEP : imminence d’un préavis de grève générale dans le secteur pétrolier

Conflit Total Gabon-ONEP : imminence d’un préavis de grève générale dans le secteur pétrolier

Siège de l’ONEP@DR

Libreville, 20 novembre (Gabonactu.com) – Le secrétaire général par intérim de l’organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), Sylvain Mayabi Binet a informé, en ce début de semaine, les travailleurs du secteur pétrolier et activités connexes du Gabon de l’imminence du dépôt d’un préavis de grève afin de pousser Total Gabon et le gouvernement à reconsidérer la décision de licencier les 6 cadres de cette société ayant pris part à la grève déclenchée par les agents le 30 juin dernier.  

« A ce jour, le Bureau national n’a encore rien enregistré de concret allant dans le sens de la satisfaction de nos attentes, à savoir, la réintégration des six (6) travailleurs concernés », a expliqué le secrétaire général de l’ONEP, Sylvain Mayab Binet.


« Quoi qu’il en soit, par la présente, le Bureau National invite les instances représentatives du personnel des entreprises du secteur pétroliers et activités connexes pour l’amendement des points du préavis de grève générale (délégués du personnel, délégués syndicaux, membres des CPCES et CSST), le jeudi 22 novembre 2018, à 16 heures 30 minutes simultanément à Port-Gentil  (siège social) et Libreville (siège cité damas) », a poursuivi M. Mayabi Binet, en précisant à leur attention qu’ « à cet effet, il est demandé aux IRP de venir avec des points susceptibles d’être rajouté dans le préavis ».

Selon Mayabi Binet, licencier un seul d’entre les 6 cadres de Total Gabon équivaudrait à dire aux travailleurs du secteur pétrolier que ni la loi, ni la justice, ni l’administration n’a de force devant un employeur qui décide de licencier arbitrairement des travailleurs qui font usage de leur droit de grève.

Il semble que l’implication du gouvernement dans les négociations n’a rien apporté de plus. Cette implication n’a même pas dissuadé Total Gabon de licencier les 6 agents.

En attendant le dépôt du préavis de grève, le bureau national de l’ONEP a jugé utile d’initier à nouveau des rencontres avec certaines autorités de la république en vue, précise-t-on, ’’de signifier l’imminence  du dépôt de ce préavis de grève générale du secteur par la faute de l’Administration qui affiche publiquement une passivité devant la défiance d’un opérateur économique, fut-il Total Gabon, et ce, au grand dam de la protection des travailleurs gabonais du secteur pétrolier et activités connexes au milieu desquels une psychose s’est installée’’ ; mais aussi d’attirer une fois de plus leur attention sur les « conséquences dommageables pour l’image, le climat socioéconomique et l’économie de notre pays, dommages pouvant être évités dès lors que l’Administration dispose de tous les éléments de droit pour enjoindre Total Gabon à réintégrer les six travailleurs ».

Pour rappel, toutes les sociétés pétrolières et des activités pétrolières connexes ont donné leur approbation pour une grève générale limitée à 5 ou 8 jours, à l’exception de trois; à savoir la CNRI, Engen et la SGEPP, sur les 16 affiliées à cette organisation syndicale.

 

Précieux Koumba

Suivez nous et Aimez nos pages

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
escort izmir izmir escort bayan antalya escort bayanlar escort izmir istanbul jigolo bursa escort porno indir porno izle porno indir izle izmir escort kızlar bursa escort kızlar
escort mersin konya escort mersin bayan escort mersin escort canlı tv izle erotik film izle