PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Commerçantes nues : la peur gagne le camp des policiers

Commerçantes nues : la peur gagne le camp des policiers

Laure Olga Gondjout et le ministre de l’Intérieur Pacôme Moubelet Boubeya @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le Médiateur de la République, Laure Olga Gondjout est personnellement allé demander au Ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet-Boubeya, des sanctions contre les policiers qui ont interpellé, menotté puis filmé dans la cours d’un commissariat des commerçantes nues.
Le communiqué publié au terme de cette audience qui a eu lieu dans le bureau du ministre de l’Intérieur est certes politiquement correct, il traduit cependant la fermeté du médiateur de la République contre les policiers.

« Madame le Médiateur a tenu à manifester de vive voix son indignation à la suite de la mise en ligne d’une vidéo dégradante présentant des Mères de famille dénudées filmées dans un Commissariat de Police par des agents des Forces de Police Nationale. Le buzz ainsi créé sur la toile par cet attentat à la pudeur, a contribué à présenter une image affreuse des Forces de Police Nationale et écorner l’image de marque du Gabon en matière du respect des Droits Humains, en particulier des droits de la Femme, au moment où est lancé la Décennie de la Femme Gabonaise », souligne le communiqué.
« Le Médiateur de la République a recommandé à Monsieur le Ministre de l’Intérieur que des mesures idoines soient prises pour éviter toute récidive et s’assurer qu’au sein du Département ministériel dont il a la lourde charge, l’autorité rime avec l’exemplarité », poursuit le texte.

Une revue des horribles images @ Gabonreview
Une revue des horribles images @ Gabonreview

Ces commerçantes s’étaient dénudées le 17 octobre dernier, en plein marché pour protester contre la police qui tentait de les déguerpir du site qu’elles occupaient illégalement dans un marché.

Des militants des ONG ont affirmé que ces commerçantes dénonçaient ainsi les violences policières.

Interpellées, elles ont été incarcérées, jugées puis condamnées à 3 mois de prison et une amende de 50 000 FCFA.
Elles étaient poursuivies pour trouble à l’ordre public, attentat à la pudeur et atteinte aux bonnes mœurs. Elles risquaient gros avec des telles accusations.

Le Médiateur de la République a recommandé au gouvernement de « trouver des solutions durables susceptibles de concilier les impératifs du respect de l’occupation légale du domaine public et d’installation urgente, durable et sécurisée sur des sites appropriés des femmes gabonaises désireuses d’exercer des activités économiques génératrices de revenus indispensables à l’entretien digne de leurs familles dont elles sont souvent l’unique soutien ».

 

Antoine Relaxe

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. Patriote

    Quelle honte! Gabonais sans vertus! Ses femmes ont un message à passer et vous les foutez en tôle et les traitez comme des vulgaires criminels? Quel crime il y a à montrer son désespoirs? Et on appel cela un état de droit?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/commercantes-nues-la-peur-gagne-le-camp-des-policiers">
Twitter