Vie chère : les prix vont baisser de 15 %

Une vue du rayon viande et poisson au marché Mont Bouët à Libreville @ Gabonactu.com

Libreville, 23 juin (Gabonactu.com) – Le ministre délégué à l’Economie, Noël Mboumba a présenté vendredi à Libreville la nouvelle mercuriale qui fixe à la baisse de 15% certains prix des produits de première nécessité, a rapporté Gabon Télévision (service public).

 

La nouvelle mercuriale a été présentée aux professionnels des secteurs de la grande distribution et aux responsables des ports maritimes accusés d’être à l’origine de la vie chère dans le pays.

 

Début mars 2017, les prix ont flambé au Gabon suite à l’entrée en vigueur d’une nouvelle taxe baptisée Contribution spéciale de solidarité (CSS). D’une valeur de 1%, cette taxe a été mise en place pour alimenter la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS, l’assurance maladie universelle). L’objectif, selon le gouvernement est de mieux prendre en charge les soins des gabonais très pauvres.

 

Profitant de l’entrée en vigueur de cette nouvelle taxe, les distributeurs et tous les opérateurs économiques ont augmenté leurs marges bénéficiaires jusqu’à 5 ou 10 % dans certains cas.

Martin Safou




Paiement des cotisations d’assurance Ogar Vie via Airtel Money désormais possible

Le directeur d’Airtel Money et les responsables d’Ogar Vie au cours de la conférence de presse @ Gabonactu.com

 

 

Libreville, 22 juin (Gabonactu.com) – Le directeur d’Airtel Money, Anges Engone et les responsables de la société d’assurance Ogar Vie ont déclaré mercredi dans une conférence de presse  conjointe qu’il est désormais possible pour leurs clients respectifs  de payer la police  d’assurance Vie via Airtel Money, la monnaie électronique.

 

 

 

La transaction se fait par téléphone portable. Seuls les usagers ayant souscrits à la fois  aux comptes Airtel Money  Ogar Vie  sont éligibles. Pour effectuer l’opération sans se déplacer vers une agence  Ogar Vie à travers le pays, le client est soumis à une simple manipulation de son téléphone pendant deux minutes.

 

 

Il est appelé à composer la touche  «  *150 # »  puis l’option paiement.  Dans le menu suivant, l’usager Airtel Money est Ogar Vie enregistre préalablement  le numéro de la police avant que  le contrat et le paiement de la prime ou de la cotisation d’assurance ne soient valables.

 

 

 « L’intérêt est de faciliter la vie à nos clients », a déclaré M. Engone.

 

 

Cette facilité se fait au niveau de la cotisation et aussi  de la prestation. Grace à ce partenariat, les clients de deux entreprises ne sont plus obligés de se déplacer. Le client vivant dans les zones les plus reculées du pays,  ayant besoin de percevoir l’argent dans son contrat d’assurance  peut s’offrir la prestation d’assurance via Airtel Money.  Il en est de même pour le pays d’autres prestations.

 

 

Le Montant minimal de la transaction est de 10000  FCFA net plus une commission de 100 F. Le montant maximal  est arrêté  à  500 0000 FCFA.

 

 

Camille Boussoughou




Branchement anarchique et vétusté des installations électriques : La CONSUELEC lance une compagne de contrôle de conformité à Libreville

Les techniciennes de la  CONSUELEC en pleine contrôle de conformité à Libreville @ Y L

 

Libreville, 20 juin (Gabonactu.com) – Le président de la  Confédération gabonaise pour la sécurité des usagers de l’électricité (CONSUELEC), Arthur Daussy a lancé lundi  dans un point de presse une campagne d’identification et de contrôle de conformité des installations électriques dans  les magasins, des commerces grandes surfaces, et autres entreprises  pour minimiser les risques d’incendies d’origine électrique  très récurrents au Gabon.

 

 

La campagne durera 20 jours. Les techniciens de la CONSUELEC se déploieront à  Libreville et ses villes voisines (  Owendo et Akanda) pour sensibiliser les opérateurs économiques sur la nécessité de se conformer aux exigences de l’usage  de l’électricité.

 

 

« Un incendie sur trois est provoqué par des problèmes électriques. Généralement par des surcharges d’un circuit électrique ou par un court-circuit dû à des câbles mal isolés ou à des contacts défectueux qui font chauffer les fils électriques »,  a révélé M. Daussy, présentant un  tableau sombre  de la situation des incendies d’origine électrique dans le pays.

Le contrôle s’étend également dans certains ménages @ Y L

D’après lui, 90% des consommateurs  sont victimes des détériorations d’appareils électriques au Gabon. Les statistiques officielles montrent également que « 40 maisons en moyenne sont incendiées par mois et 6 personnes en moyenne décèdent par mois suite aux électrocutions ».

 

 

Organe sous tutelle du ministère de l’énergie, la CONSUELEC  a pour principale  mission de protéger les populations et les opérateurs économiques contre les risques d’incendies d’origine électrique par la réduction drastique du nombre des incendies électriques  au Gabon durant une échéance de 5 ans.

 

Le Notable




Attaques des médias privés gabonais : l’indignation de la société civile

Nicaise Moulombi lors de sa déclaration @ N. M

 

Libreville, 19 juin (Gabonactu.com) – Le président du Haut conseil des acteurs non étatiques du Gabon (HCANEG), Nicaise Moulombi, par ailleurs leader de  Croissance saine environnement   condamne avec véhémence dans une déclaration,  les attaques  armées quasi- simultanées menées le 17 juin dernier contre TV+ et Africa N°1, deux  médias (télé et radio) privés gabonais,  par des commandos à la solde de l’opposant  Roland Désiré Aba’a Minko, candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016.

 

 

« La société civile condamne avec la dernier énergie les actes ui se sont deroulés dans la capitale gabonaise prenant en otage les médias et leurs personnels, violant ainsi les droits fondamentaux de ces agents sans sécurité », a fustigé   Moulombi, appelant les autorités a diligenté une enquête pour démasquer  les présumés coupables.

 

 

Pour un aboutissement aux résultats probants de l’enquête, HCANEG « attend des autorités, l’ouverture des résultats d’une enquête transparente et  impartiale   avec l’aide de la communauté internationale au regard de la gravité des faits ».

 

 

En prenant en otage ces médias,  les  commandos voulaient faire diffuser un message révolutionnaire. Quelques  heures avant,  l’opposant Aba’a Minko avait appelé  le président Ali Bongo à « quitter le pouvoir dans les 72 heures ».

 

 

Si les assaillants courent toujours,  Roland Désiré Aba’a Minko identifié comme le cerveau de la bande a été arrêté par la police judiciaire.

 

Le Notable

 

 

 

 




Incendie de l’Office pharmaceutique national : 400 millions de pertes

La façade avant d’un entrepôt consumé de l’OPN à Libreville @ Image d’archives Gabonactu.com

 

Libreville, 18 juin (Gabonactu.com) – Le violent incendie  ayant ravagé le 27 mai dernier deux dépôts de l’Office pharmaceutique national (OPN), l’unique et grande officine gabonaise dont la mission est de ravitailler en médicaments, toutes les structures sanitaires publiques à travers le pays, a occasionné une perte de 400 millions de FCFA en médicaments, selon une évaluation du ministère de la santé dont  Gabonactu.com a obtenu copie.

 

 

L’OPN situé dans la zone industrielle d’Oloumi (5ème arrondissement de Libreville) était victime d’un incendie  dû à un court-circuit. Deux  entrepôts des médicaments ont été emportés par les flammes.

 

 

Il s’agissait d’un entrepôt où étaient conservés  les médicaments injectables et un autre appelé « préparatoire » dans lequel des milliers des  bidons d’alcool étaient stockés

 

Le Notable




Averda retourne ramasser les ordures après un accord provisoire

Photo @ Averda Gabon

Libreville, 17 juin (Gabonactu.com) – La société Averda qui avait cessé de collecter les ordures ménagères à Libreville pour obliger son partenaire l’Etat de lui payer ses 18 mois de factures impayées a repris le travail ce vendredi soir, a annoncé son Directeur général adjoint, Joseph Minko Olenga.

Nous sommes soulagés d’annoncer qu’après des discussions intensives à Libreville, nous sommes parvenus à une solution temporaire avec le gouvernement qui nous permettra de procéder dès aujourd’hui à la reprise de nos services de propreté ”, a déclaré M. Minko Olenga.

 

Nous restons pleinement investis dans notre mission au Gabon, et sommes profondément désolés de ne pas avoir pu réaliser nos services aux standards habituels au cours des derniers jours. Nous savons que cette période a été difficile pour toutes les parties concernées, particulièrement pour les citoyens et entreprises de Libreville et d’Akanda. Nous allons déployer toutes les ressources à notre disposition pour assurer la propreté des villes de Libreville et Akanda le plus vite possible ”, s’est il engagé.

 

Nous prenons nos responsabilités très au sérieux, et travaillons avec nos partenaires au sein du gouvernement pour trouver une solution durable qui nous permettra de fournir, ensemble, un environnement propre et sain nécessaire à la prospérité des communautés, baratine le dirigeant de la compagnie qui a laissé les ordures s’accumuler dans la capitale au moment où tous les ministres africains de l’environnement s’y trouvaient en conclave.

 

La mairie de Libreville a fait intervenir la société Agli plus efficace dans l’entretien d’espaces verts et le balayage d’une partie du front de mer. L’intervention n’a pas fait oublier le bon service  d’Averda dont le personnel est connu pour sa motivation dans le balayage des rues, le curage des caniveaux et le ramassage des ordures. Le retour des éboueurs de Clean Africa n’a pas aussi fasciné les gabonais.

Antoine Relaxe




Lancement de la célébration de la Journée sud-africaine de la Jeunesse

 Photo @ Mini Jeunesse et sports

Libreville, 15 juin (Gabonactu.com) – Le ministre gabonais de la Jeunesse et des Sports, Nicole Assélé a lancé jeudi à Libreville une série de manifestations pour commémorer la journée sud-africaine de la Jeunesse qui rend hommage aux nombreux jeunes sud-africains massacrés à Soweto le 16 juin 1976 par la police.

 

La commémoration de cette journée se poursuivra ce vendredi. Ce premier jour a été consacrée à une table ronde d’échanges et de partage d’expérience, réunissant des jeunes gabonais et sud-africains autour des opportunités dans les domaines du Tourisme, des Arts et de la Culture. Des jeunes artistes-peintres et musiciens des deux pays ont à l’occasion, l’opportunité de faire étalage de leurs talents, notamment dans les stands d’exposition érigés dans les jardins du Radisson Blu Okoumé Palace. Il est également prévu tout au long de ces deux jours, des dégustations de vins et hors d’œuvre s sud-africains.

 

Le Ministre de la Jeunesse et des Sports qui a ouvert les festivités a, dans son allocution de circonstance, rendu un hommage mérité à la jeunesse sud-africaine qui, a-t-elle dit, « a été au rendez-vous de l’histoire le 16 juin 1976, quand il a fallu lutter contre l’ignoble régime d’apartheid ; et dont les actes de bravoure font désormais date en Afrique du sud et au-delà ».

 

Le docteur Nicole Asselé qui avait à ses côtés le Premier Conseiller d’Ambassade d’Afrique du sud au Gabon, en lieu et place de Madame l’Ambassadeur empêchée, a formulé le vœu que les présentes rencontres entre les jeunes gabonais et sud-africains servent de rampe de lancement en matière de coopération multiformes entre les jeunesses des deux pays ; et que ce cadre permette aux jeunes gabonais et sud-africains de créer des synergies susceptibles de s’ouvrir sur des partenariats porteurs, a-t-elle conclu.

Gaston Ella




Bientôt un programme de coopération entre le Gabon et l’UNICEF pour mieux protéger les pauvres

Le ministre de l’égalité des chances, Blaise Louembé et Jacques Boyer lors de l’audience le 14 juin @  Gabonactu.com

 

Libreville, 14 juin (Gabonactu.com) – Le ministre de l’égalité des chances, Blaise Louembé a devisé mercredi  avec  Jacques Boyer, représentant de UNICEF pour la zone Gabon, Sao Tomé et Principe et auprès de la CEEAC sur les grandes lignes d’un futur programme de coopération devant mieux protéger les enfants en difficultés et les populations vulnérables au Gabon.

 

Le programme social dont le lancement officiel se fera sous peu durera 5 ans. Il intéresse les domaines de la santé, de la protection de l’enfance et les problématiques affectant les adolescents.

 

 

« L’Unicef se propose de continuer son appui dans la génération des données sur les situation des enfants au Gabon et particulièrement  sur les enfants les plus  vulnérables  afin de pouvoir mener un dialogue politique qui prenne en compte ces enfants (…) dans toutes les politiques sectorielles qui seront développées  par le gouvernement dans les 5 années avenirs », a déclaré M. Boyer au terme de l’audience accordée par le ministre de l’égalité des chances.

Jacques Boyer de l’Unicef au terme de l’audience @ Gabonactu.com

Le projet  relatif à inclusion sociale vise à contribuer fortement à l’atteinte des objectifs du développement durable fixés par les Nations unies pour  2030. « C’est vraiment ce focus des populations les plus  vulnérables, des exclues qu’il faut vraiment inclure dans toutes les actions de développement », a-t-il insisté.  Les Nations unies ne voudraient plus qu’il y ait des  laissés pour compte d’ici les treize prochaines années.

 

L’UNICEF se propose également de renforcer les capacités d’administrations gabonaises, lesquelles devront désormais avoir l’impérieuse nécessité de prendre en compte   « les populations les plus vulnérables » dans toutes les politiques stratégiques et autres  plans nationaux.

 

Le Notable

 




Port-Gentil : travailleurs et chômeurs en colère contre le chômage et la vie chère

Port-Gentil comme une ville morte @ Gabonactu.com

Port-Gentil, 12 juin (Gabonactu.com) – Une grève générale, l’une des plus importantes ces 10 dernières années, a partiellement paralysée Port-Gentil, cité pétrolière et capitale économique du Gabon suite à un appel d’un intersyndical regroupant des agents des secteurs public et privé, a constaté un reporter de Gabonactu.com dans la capitale économique du Gabon.

 

François Mouckany Koumba, coordonnateur de l’Intersyndicale professionnelle de l’Ogooué maritime a soutenu que la grève dont sa coalition est l’un des initiateurs a été suivie à plus de 50%. Féfé Onanga, un proche de l’opposant Jean Ping a affirmé que le mouvement a été suivi à 80%.

 

L’intersyndicale a déposé un préavis de grève sur la table du gouvernement le 15 mai 2017. Il réclame notamment des solutions au problème de chômage qui touche plus de la moitié de la population active de la capitale du pétrole gabonais où la misère a pris le dessus depuis la crise du pétrole débutée en 2014.

Le ministre du Pétrole a affronté les grévistes en colère @ Gabonactu.com

Entre 2014 et maintenant, les licenciements ont été massifs dans le secteur pétrolier du fait de la chute des cours du baril de pétrole. De nombreuses sociétés ont fermé faute de marché.

 

Les syndicalistes sollicitent la création des emplois, la suppression de plusieurs taxes dont la Contribution spéciale de solidarité (CSS, une taxe d’une valeur de 1% instaurée en mars dernier pour garantir une assurance maladie aux pauvres) et la Contribution pour l’eau et l’électricité (CSE). L’intersyndicale demande enfin au gouvernement de revoir à la baisse le prix du gaz butane et du carburant dont les prix ont grimpé malgré la crise économique.

 

Le gouvernement n’a pas officiellement réagi suite à ces doléances des grévistes qui promettent de poursuivre leur mouvement jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications.

Les grévistes au siège de la COSYGA ont écouté attentivement les suggestions du ministre du Pétrole @ Gabonactu.com

Le ministre du Pétrole, Pascal Houagni Ambouroue, fils de la localité, présent dans la ville s’est rendu au piquet de grève qui a rassemblé entre 1000 et 3 000 grévistes. Il a promis être leur porte-parole pour porter leurs revendications auprès du gouvernement.

 

Le secteur le plus touché a été celui des transports en commun. Les chauffeurs de taxis, en majorité d’anciens employés du secteur pétrolier, reconverti dans ce métier de survie, ont cessé de travailler.

Vital Mbourou




L’axe Tchibanga-Mayumba : Toujours le statu quo

Une partie du Tronçon Tchibanga-Mayumba en construction @ DR 

 

Tchibanga, 12 juin (Gabonactu.com) – Les travaux d’aménagement du Tronçon Tchibanga-Mayumba (107km), dans la province de la Nyanga sont arrêtés depuis plus de six mois. Si le gros de travail est déjà fait, il n’en demeure pas moins qu’il reste près de 15 km non encore bitumés.

 

 

Le petit tronçon restant entre  Bilanga et la Socoma ne facilite pas la circulation sur cette route qualifiée par les populations comme la « route du salut ». Les travaux sont stoppés pour des raisons semble-t-il de financement. Les engins de la société adjudicataire SERICOM se sont complétement retirés du chantier. Les ouvriers quant à eux sont au chômage technique. La route qui commençait à subir une cure de jouvence se dégrade progressivement à cause des intempéries. Il pleut abondamment dans la région.

 

 

Les  automobilistes sont obligés de garer les véhicules pour éviter de s’embourber dans la boue. Les travaux de terrassement et de rechargement effectués par l’entreprise adjudicataire sont à refaire du fait des érosions.  Le calvaire est véritablement très ambiant avant d’arriver à Mayumba, ville côtière. En ce début de saison sèche, la poussière commence à prendre le relais.

 

 

Toutefois, la circulation est très fluide entre Tchibanga et Loubomo, un linéaire de 80 km  km complétement revêtu en béton bitumineux. Les automobilistes roulent fièrement sans anicroches. Les tracasseries d’antan auxquelles étaient confrontées les usagers n’existent plus. L’axe jadis cabossé est devenu carrossable en toutes saisons. Plus de poussière, de gadoue, ni des nids de poule. La route est goudronnée au grand bonheur des populations, lesquelles continuent de garder espoir pour une éventuelle reprise des travaux arrêts sur les derniers km du tronçon.

 

 

Pour les usagers, beaucoup d’avancées sont enregistrées dans l’aménagement de l’axe reliant la capitale provinciale de la Nyanga et la partie insulaire de la région. Une route du « salut » qui précède le futur port en eau profonde de Mayumba. L’infrastructure portuaire dont les travaux de construction sont très attendus par les populations du cru, viendra booster les échanges et donc l’économie du pays. Les travaux de construction du tronçon Tchibanga-Mayumba  ont déjà avancé d’environ 80%. Le chantier était prévu pour être courant 2017.

 

Le Notable