PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
PUBLICITES A LA UNE
Bruno Ben Moubamba appelle à une assemblée nationale constituante pour changer le système PDG

Bruno Ben Moubamba appelle à une assemblée nationale constituante pour changer le système PDG

image_pdfimage_print

Le président de l’ACR lors du congrès le 28 avril 2017 au stade de la Nation, situé au quartier Belle Vue II dans le 3ème arrondissement de Libreville @ Gabonactu.com

 

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR, opposition), Bruno Ben Moubamba a appelé vendredi  lors de son discours ouvrant les travaux du congrès extraordinaire de son parti à Libreville,  à l’élection d’une assemblée nationale constituante pour selon lui enterrer le système du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), lequel constitue un mal pour le peuple Gabonais depuis près d’un demi-siècle.

 

« Qu’on se mette ensemble et qu’on construise une union sacrée pour permettre d’en arriver à l’élection  d’une assemble nationale constituante, c’est une assemblée où les députés sont légitimes pour changer la constitution en profondeur », a déclaré M. Moubamba, critiquant au passage certains hommes politiques (majorité et opposition) qui prennent par au dialogue en cours au stade d’Angondjé, au nord de Libreville.

 

Des militants au congrès de l’ACR @ Gabonactu.com

« Ceux qui sont au dialogue n’ont pas légitimité suffisante  pour changer la constitution », a-t-il souligné. Le congrès dit des  « reformes de l’ACR »,  organisé sous le thème : «  Avec Ali Bongo Ondimba, construisons ensemble  le Gabon d’Après »,  appelle à une union sacrée entre la majorité et l’opposition  pour aboutir à un « réel dialogue national » qui prend fin officiellement le 10 mai prochain. Les travaux du congrès de l’ACR seront  bouclés samedi en présence de plusieurs personnalités politiques de l’opposition.

 

 

Certaines indiscrétions laissent entrevoir   des risques de blocage.

 

 

Le Notable  

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

1 Commentaire

  1. Thierry Gouerangue

    Il est intéressant de constater qu’après avoir déclaré que Ping faisait une erreur en ne participent pas au dialogue (fin février 2017) qu’il le qualifie aujourd’hui de « faux ».
    Il propose de répéter l’union sacré (on change de Bongo et on recommence…); dans ma formation on m’a appris que « les mêmes causes produisent les mêmes effets » ( je pense que le bon sens également); devons nous a chaque fois répéter les formules qui ne marche pas? Le changement d’hommes « politiques » sur le scène Est-il un gage de changement de paradigme?
    Et si ce dialogue se faisait sans les hommes politiques, entre gabonaises qui n’ont pas d’ambitions de gouverner le pays? Après tout, c’est eux les principaux protagonistes de ces crises.
    Sauf s’il est admis par « tous » que le « peuple » n’a pas le bon sens nécessaire pour savoir ce qui est juste pour lui et donc de trouver des solutions! Je comprends aisément que pour un politique, le besoin de « tirer la couverture » vers lui est trop viscèralement inscrit dans leur mode de fonctionnement pour accepter que des décisions puissent se prendre sans lui…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *