PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Un blessé et onze arrestations après une marche pacifique de l’opposition à Libreville

Un blessé et onze arrestations après une marche pacifique de l’opposition à Libreville

Photo @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Un blessé (un  policier) et onze arrestations dont un journaliste de l’Agence France presse (AFP) après une marche de l’opposition à Libreville dispersée par la police, a annoncé samedi dans la nuit le ministre de l’Intérieur Pacôme Moubelet Boubeya dans un point de presse.

 

« Face aux multiples actes de provocations perpétrés par les militants des partis politiques précités, ceci, sous l’instigation de leurs leaders et, de la confrontation tant recherchée avec les Forces de l’ordre, il ressort : 1 blessé grave du côté des forces de l’ordre, 11 arrestations », affirme le  communiqué du ministère de l’intérieur.

 

« Une personne qui se trouverait être un Journaliste de l’Agence France Presse (AFP,ndlr) et qui mêlés aux manifestants a été momentanément arrêté puis relâché », poursuit le texte qui précise que « cet incident se justifie parce que ce journaliste se trouvait au milieu des manifestants et qu’il ne portait sur lui aucun signe distinctif qui aurait pu l’identifier ».

 

Le journaliste en question, Jean Dabany a déclaré  qu’il était pris entre deux feux et a tenté de s’approcher les mains en l’air auprès des policiers qui l’ont molesté.

 

Le journaliste a été brièvement admis dans une clinique et est rentré chez lui.

 

Le communiqué ajoute que les organisateurs de cette marche cherchaient « en réalité un motif de confrontation avec les Forces de Sécurité pour attirer manifestement sur eux l’attention de l’opinion nationale et internationale ».

 

« Il est à noter que leur démarche de ce jour apparait comme une sorte de baroud d’honneur, entendu que le soulèvement et l’adhésion du peuple à leur dessein de destruction du pays ne prospère point », précise le communiqué par lequel dément avoir utilisé des balles réelles.

Le journaliste de l'AFP Jean Dabany à la clinique @ facebook Jean Dabany
Le journaliste de l’AFP Jean Dabany à la clinique @ facebook Jean Dabany

Samedi, les opposants gabonais ont appelé à une marche pacifique pour exiger le rejet de la candidature du président sortant à l’élection présidentielle du 27 août prochain.

 

Ils accusent Ali Bongo Ondimba d’avoir introduit un faux acte de naissance dans son dossier de candidature et exigent à la cour constitutionnelle d’invalider sa candidature. Pour faire pression à cette institution chargée de vider le contentieux électoral, les opposants ont tenté d’organiser cette marche non autorisée par le ministère de l’Intérieur.

 

Gaston Ella

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

4 Commentaires

  1. avome

    pourquoi ne pas laisser ses opposants faire leur marche pacifique trouvez vous normal que se soit le président qui fasse ses marches et sorties peu importe le moment ou l endroit évitez que les gabonais disent que c est la dictature une marche simple sans casser ne dérange personne moi qui écris je ne fais pas la politique mais c est juste un conseil et une remarque faite

    Reply
  2. JBM

    Je préfère effectivement que l’opposition attaque le candidat ABO sous l’angle de l’acte de naissance. Notamment sur le faux et usage de faux, étant entendu qu’il a lui-même reconnu que l’acte de naissance présenté en 2009 était un faux, différent de celui qu’il présente en 2016. Cela me semble en effet un combat plus factuelle, et plus facile à mener que celui de ces origines qui aboutit inéluctablement à un combat parole contre parole vis-à-vis de ses parents officielles.

    D’autres reprochent à l’opposition de déplacer le débat et souhaiterait plutôt voir l’opposition attaquer le président sur son bilan. A ceux-là je réponds comme d’autres :
    1/ Cette approche peut-être envisageable si la transparence électorale était garantie. L’opposition étant donc désavantagée dans les urnes, attaque sur le terrain qui lui est le plus facile d’accès
    2/ Les opposants de 2016 se doutent bien qu’à l’instar de ceux de 2009, ils pourraient mourir de « maladie » pendant le septennat avenir, si ABO était reconduit.

    Reply
  3. avome

    ces agents dit on de sécurité oublient une chose pour le moment bien payer pour faire le sale boulot mais à la retraite ils auront une vie misérable comme leur collègue déjà en retraite`certain sans un toit

    Reply
  4. avome

    ces agents dit on de sécurité oublient une chose pour le moment bien payer pour faire le sale boulo mais à la retraite ils auront une vie misérable comme leur collègue déjà en retraite`certain sans un toit

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/blesse-onze-arrestations-apres-marche-pacifique-de-lopposition-a-libreville">
Twitter