PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Attaques des médias privés gabonais : l’indignation de la société civile

Attaques des médias privés gabonais : l’indignation de la société civile

Nicaise Moulombi lors de sa déclaration @ N. M

 

Libreville, 19 juin (Gabonactu.com) – Le président du Haut conseil des acteurs non étatiques du Gabon (HCANEG), Nicaise Moulombi, par ailleurs leader de  Croissance saine environnement   condamne avec véhémence dans une déclaration,  les attaques  armées quasi- simultanées menées le 17 juin dernier contre TV+ et Africa N°1, deux  médias (télé et radio) privés gabonais,  par des commandos à la solde de l’opposant  Roland Désiré Aba’a Minko, candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016.

 

 

« La société civile condamne avec la dernier énergie les actes ui se sont deroulés dans la capitale gabonaise prenant en otage les médias et leurs personnels, violant ainsi les droits fondamentaux de ces agents sans sécurité », a fustigé   Moulombi, appelant les autorités a diligenté une enquête pour démasquer  les présumés coupables.

 

 

Pour un aboutissement aux résultats probants de l’enquête, HCANEG « attend des autorités, l’ouverture des résultats d’une enquête transparente et  impartiale   avec l’aide de la communauté internationale au regard de la gravité des faits ».

 

 

En prenant en otage ces médias,  les  commandos voulaient faire diffuser un message révolutionnaire. Quelques  heures avant,  l’opposant Aba’a Minko avait appelé  le président Ali Bongo à « quitter le pouvoir dans les 72 heures ».

 

 

Si les assaillants courent toujours,  Roland Désiré Aba’a Minko identifié comme le cerveau de la bande a été arrêté par la police judiciaire.

 

Le Notable

 

 

 

 

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/attaques-contre-medias-prives-gabonais-lindignation-de-societe-civile">
Twitter