PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Ali Bongo moins impressionné par la grogne contre ses mesures d’austérité

Ali Bongo moins impressionné par la grogne contre ses mesures d’austérité

Ali Bongo Ondimba, chef de l’Etat gabonais @ archives DCP

Libreville, 16 août (Gabonactu.com) – Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a déclaré jeudi dans un message à la nation, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de l’indépendance, qu’il assume ses reformes économiques boudées par ses adversaires politiques et les syndicalistes.

 

« J’ai fait le choix de renforcer notre politique sociale et de lutter contre les gaspillages, et j’assume cette position », a déclaré le numéro un gabonais.

 

« J’ai fait le choix d’imposer la gratuité des frais d’accouchement, de rééquiper les écoles publiques et d’éclairer des quartiers laissés à eux même. Pour financer ces mesures, j’ai demandé à ce que l’on paie seulement les salaires des fonctionnaires qui travaillent réellement et sont présents à leur poste, et de supprimer les doubles salaires et les avantages indus », a-t-il expliqué.

 

Fin juin dernier, Ali Bongo Ondimba a annoncé la mise en place de plusieurs mesures d’austérité pour réduire le train de vie de l’Etat et surtout la masse salariale qui est de 710 milliards de FCFA par an absorbe 59% des recettes publiques, selon des chiffres officielles. Les reformes actuelles visent à réduire cette masse de 710 milliards de FCFA à 400 milliards de FCFA par an d’ici 3 ans.

 

« J’assume totalement cette position », a insisté le président gabonais qui a poursuivi : « nous ne pouvons pas continuer à dépenser plus que ce que nous gagnons. Nous ne pouvons pas laisser la masse salariale de l’Etat sans cesse augmenter ».

 

« A la Présidence de la République, j’ai pris la décision difficile de me séparer de près de 40% de personnels nommés. Pour beaucoup d’entre eux, des collaborateurs de grande valeur, à l’expérience et à la fidélité reconnue », a-t-il rappelé en précisant que le gouvernement a fait autant.

 

« La réduction du train de vie de l’Etat touche donc d’abord le sommet de l’Etat. C’est ça l’exemplarité. C’est ça la justice, c’est ça l’équité. Ceux qui ont le plus contribuent le plus. A contrario, aucun, je dis bien, aucun agent de l’Etat percevant moins de 650.000 FCFA ne sera mis à contribution », a-t-il encore rappelé.

 

« Certains de mes détracteurs m’ont accusé de folie d’engager ces réformes à quelques mois d’un scrutin électoral. Ils ne sont pas le Chef de l’Etat et ils n’assument pas mes responsabilités. Je dois répondre du bien-être de tous mes concitoyens et je suis prêt pour cela à endosser la responsabilité de réformes parfois impopulaires mais que j’estime nécessaires à notre bien collectif », a hurlé Ali Bongo Ondimba dans ce message retransmis intégralement par la Radio et la Télévision d’Etat.

 

« Je serai jugé par vous et par l’histoire. J’entends, avec les gabonais de bonne volonté qui partagent ma vision de notre avenir collectif, préserver les acquis de notre héritage national, engager les ruptures indispensables qui garantiront le maintien et le développement de notre rang dans l’espace mondial, et écrire de nouvelles pages glorieuses de notre histoire nationale », a-t-il ajouté.

 

Le numéro un gabonais a insisté sur la rupture des mentalités en précisant que l’Etat providence est terminé.

 

Ancien eldorado pétrolier du golfe de Guinée, le Gabon qui commémore ce vendredi ses 58 ans d’indépendance connait une grave crise économique. Malgré la remontée des cours du baril de pétrole, le pays peine à retrouver un équilibre d’où la prise des mesures d’austérité qui suscitent la colère des syndicats. Ces derniers refusent la réduction des salaires, le gèle des recrutements, avancements et reclassements ainsi que les concours professionnels.

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/ali-bongo-impressionne-grogne-contre-mesures-dausterite">
Twitter