PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Affiliation d’Ali Bongo : Nantes classe sans suite la plainte d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba

Affiliation d’Ali Bongo : Nantes classe sans suite la plainte d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba

Une copie de l’acte de naissance du numéro un gabonais délivrée par Nantes @ DR

Libreville, Gabon (Gabonactu.com) – Le procureur de la République de Nantes en France, Brigitte Lamy, a classé sans suite lundi dernier la plainte d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, la demi-sœur d’Ali Bongo Ondimba au sujet de l’authenticité de l’acte de naissance de son frère qu’elle soupçonne de ne pas être l’enfant biologique de son père Omar Bongo Ondimba.

 

Dans une lettre adressée à l’avocat d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba, le procureur de la République de Nantes a implicitement clos le débat sur la filiation du président de la République sur le territoire français. «J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que je procède ce jour au classement de la plainte que vous avez déposée au nom de madame Bongo Ondimba», a écrit Brigitte Lamy à Eric Moutet.
Selon elle, cette décision se justifie d’abord par le fait que, «les faux, à les supposer établis, ont été rédigés au Gabon et utilisés dans ce pays lors de l’ouverture de la succession, Or les juridictions françaises ne sont pas compétentes pour connaître des délits commis à l’étranger lorsque, ni l’auteur, ni la victime ne sont français». Comme quoi, la France ne saurait aller plus loin dans cette affaire. Ensuite, «l’agent du service central d’état-civil qui a délivré l’acte à madame Bongo Ondimba n’a fait que délivrer une copie de l’acte conforme à celui conservé depuis 1960 dans son service». Comme quoi également, le Service central d’état-civil de Nantes (SCEC) dispose, depuis l’année de l’indépendance du Gabon et donc un an après l’année officielle de venue au monde d’Ali Bongo, d’une copie de l’acte de naissance de celui-ci. «Cette opération ne peut recevoir aucune qualification pénale», a-t-elle conclu.
Un argumentaire qui n’étonne et ne surprend pas grand monde, surtout pas l’avocat de la plaignante. Tout ceci participerait simplement d’une stratégie pour ne pas se prononcer dans cette affaire. «La procureure avait déjà plaidé l’absence de compétence quand nous voulions obtenir l’acte de naissance avant d’être déboutée. Cette fois encore, je pense que le tribunal est compétent, puisque notamment une partie des biens est en France», a souligné Eric Moutet, avocat d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba sur les ondes de la Radio France international (RFI).
N’empêche, déterminé à trouver une explication aux différences qui subsistent entre l’acte de naissance publié, le 2 décembre 2014, par le quotidien français Le Monde et celui qui a récemment été récupéré à Nantes, l’avocat d’Onaïda Maïsha Bongo Ondimba promet de relancer la procédure la semaine prochaine en se constituant partie civile, ouvrant droit à une enquête et donc à la désignation d’un juge d’instruction. «Une véritable enquête indépendante va maintenant pouvoir être mise en place», a estimé sur RFI de son côté Chantal Myboto Gondjout, mère de la plaignante, se disant confiante.

 

Source : rfi.fr & Gabonreview

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. Lolipops

    Une femme qui fait un enfant avec son amant crie aujourd’hui Ali ci, ça des confessions obtenues sous la couette, elles s’en servent aujourd’hui elle et sa fille idiote là, qu’il ait été adopté, Bongo père l’a aimé, élevé tel son fils .
    Affaire de succession en Afrique est un problème qui ne finira donc jamais ?
    Tous ils mangent à la table du diable, Chantal, Ali, personne ne pense au peuple gabonais, cette Chantal est remplie de l’esprit de Jezabel.
    Gabon cherche la face du vrai Dieu, ne te fie pas à ses loups et louves

    Reply
  2. Patrice Bayeba

    Après avoir étanché sa soif, ne dites pas: ‘’ Fontaine, je ne veux plus de ton eau”.
    Sagesse africaine oblige.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/affiliation-dali-bongo-nantes-classe-sans-suite-la-plainte-donaida-maisha-bongo-ondimba">
Twitter