PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

Affaire BR-Sarl : une plainte à Genève contre le pasteur Yves Mapakou

Affaire BR-Sarl : une plainte à Genève contre le pasteur Yves Mapakou

Le président du Congrès des agents publics, parapublics et privés de l’Etat (CAPE), Emmanuel Nvé Mba a annoncé mercredi, lors d’une conférence de presse, avoir porté plainte au tribunal international du commerce à Genève en Suisse contre le promoteur de BR-Sarl, le Pasteur Yves Mapakou, afin que cet établissement de micro finances rembourse les sommes escroquées à ses 18 000 adhérents dont certains sont morts de chagrin.

 » Nous avons porté plainte au tribunal international du commerce à Genève et ils ont trouvé que la plainte était recevable. Maintenant nous attendons dans quelques jours ils vont saisir selon leur procédure l’État gabonais aux fins de payer ces compatriotes qui ont tant souffert « , a affirmé Emmanuel Nvé Mba.

« Bâtisseur de richesse », c’est le nom de cette boîte dont le slogan ou l’argument de marketing était « on s’en fou de bénéfice. Nous sommes une société américaine venue aider les pauvres ».


Les gabonais ont massivement adhéré à ce chant de rossignole. A Libreville comme dans les provinces, ils ont accouru déposer leur minimum vital. Certains se sont endettés pour espérer s’enrichir. D’autres ont pris des crédits bancaires. D’autres encore ont mis la main dans les caisses publiques ou privées dans l’espoir de reverser le capital après s’être fait du beurre. La plus grosse fortune est venue de Port-Gentil.

En fin 2014, la crise des matières premières dont le pétrole atteint un niveau très élevé. Les entreprises de sous-traitance pétrolière ferment les unes après les autres. Les licenciements sont massifs. Les licenciés perçoivent des fortunes. BR-Sarl est le topo pour fructifier cet argent afin de devenir milliardaire.

Certains port-gentillais ont déposé des sommes allant de 20 millions jusqu’à 80 millions de FCFA. L’Etat a été moins vigilant sinon pas du tout. Des dépôts d’une telle ampleur n’ont inquiété personne.

Résultat des courses, BR-Sarl a baigné dans l’argent. Les dirigeants de la structure pris de folie de grandeur ont même promis des maisons à certains épargnants.

Tout à coup et soudain, l’entreprise en sur-liquidité ferme un matin de l’année 2015. Ses gérants ont pris la poudre d’escampette. Les uns en Chine, les autres en Europe.

Le mensonge a fini par s’effondrer comme un château de cartes. Derrière, une cohorte de victimes dont certaines sont mortes de crise cardiaque et de chagrin.

Le collectif créé mobilise et jette ses membres dans la rue. Sans succès. Le pouvoir sollicité découvre l’ampleur des dégâts. Les gabonais ont placé plusieurs milliards de FCFA entre les mains des escrocs. L’on évoque jusqu’à 45 milliards de FCFA.

Le pouvoir lui même, englué dans la crise économique, ne parvient pas à proposer une solution durable aux victimes. Soumis sous pression à la veille de la présidentielle de 2016, le gouvernement verse une indemnité de 50 000 FCFA à chaque épargnant. Du pipi du chat qui ne consolera personne.

Eudes Rinaldy Leboukou

Suivez nous et Liker notre site
error

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
LinkedIn