PUBLICITÉS A LA UNE
PUBLICITÉS A LA UNE

10 mois sans salaire, des salariés de l’AGP entament une grève de la faim

10 mois sans salaire, des salariés de l’AGP entament une grève de la faim

Les grévistes de la faim devant le siège de l’AGP @ Gabonactu.com

Libreville, 11 décembre (Gabonactu.com) – Quelques salariés de l’Agence gabonaise de presse (AGP, service public) ont entamé dimanche à la surprise de leur administration une grève de la faim pour réclamer 10 mois d’arriérés de salaires, a constaté un reporter de Gabonactu.com

 

Pour se faire remarquer et se protéger de la pluie, abondante en cette saison, les grévistes ont érigé un camping de fortune devant la porte principale de leur administration. Ils ont passé leur première nuit sous des moustiquaires dormant sur des morceaux de cartons.

 

Après une première journée de grève, ils sont encore forts mais promettent de résister à la tentation de « manger quoique ce soit jusqu’à ce que le pire arrive », a déclaré Roland Mba, un des grévistes à un reporter de Gabonactu.com.

 

« Au lieu de mourir à petit feu dans la solitude, nous avons préféré venir mourir ici, en public », a renchéri un autre.

Fidèle Bitéghe, administrateur provisoire de l’AGP peiné par cette nouvelle grève @ Gabonactu.com« 10 mois sans salaires, nous avons été chassé de nos maisons avec femmes et enfants », pouvait-on lire sur une banderole accrochée à l’entrée principale du siège de l’Agence.

 

« Ce n’est pas une revendication ou une faveur que nous demandons mais le respect de nos droits », ajoutent-ils en précisant « nous sommes désespérés ».

Jusqu’à ce matin, la grève concernait moins d’une dizaine de salariés sur 86. « Nous avons donné le rythme. Les autres vont suivre », a dit un gréviste.

Sur les 86 agents de l’AGP, 50 sont des contractuels payés sur la subvention que l’Etat verse à l’agence. Les 36 autres sont des fonctionnaires qui sont payés par la fonction publique mais perçoivent en plus un bonus de détachement à l’AGP. Les contractuels sont les employés les plus impactés par la situation difficile de l’agence. Ils ne vivent que de la subvention de l’Etat versée actuellement de façon très irrégulière.

 

Selon l’administrateur provisoire de l’agence, Fidèle Biteghe, des démarches sont en cours pour payer au moins 3 mois de salaires. Ce paiement pourrait intervenir avant la fin de cette semaine.

La façade principale de l’AGP ce 11 décembre 2017

Un mois de salaire représente une dépense d’environ 28 millions de FCFA. L’agence attend un règlement de 90 millions de FCFA. Une de ses créances de 300 millions de FCFA qui aurait du permettre à l’entreprise quasiment à l’arrêt depuis plusieurs mois aurait été classée dans la dette intérieure de l’Etat parce qu’engagée au 31 décembre 2016. L’Etat s’était engagé de classer dans la dette publique toutes les créances en souffrance depuis avant le 1er janvier 2017. Cette contrainte aurait favorisé la signature du Programme de relance économique (PRE) avec le FMI et les autres bailleurs de fonds.

 

L’AGP est une agence de presse d’Etat qui produisait également le quotidien Gabon Matin. Son fil d’actualité fonctionne au hasard. Son quotidien a disparu des kiosques. Son personnel démotivé est réduit à la débrouillardise pour survivre.

Carl Nsitou

Partagez à votre réseau d'amis
0

À propos de l'auteur

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.gabonactu.com/10-mois-sans-salaire-des-salaries-de-lagp-entament-une-greve-de-la-faim">
Twitter